Advertisements

Une photo dévoile la relation entre Al-Qaradawi et les auteurs de l'attaque au Sri Lanka



Malgré l'annonce du groupe État islamique sa responsabilité de la vague d'attentats à la bombe qui a frappé le Sri Lanka, coïncidant avec les célébrations de Pâques, les autorités sri-lankaises ont accusé le groupe national Tawhid, dirigé par Zahran Hashim, fondé par Salman Al-Nadawi, disciple du leader des Frères musulmans Youssef Al-Qaradawi.


Les attentats à la bombe au Sri Lanka ont révélé la relation entre Al-Qaradawi et Al-Nadawi; de nombreuses déclarations soutenant les positions d'Al-Qaradawi ont été documentées.


Al-Nadawi a décrit Youseuf Al-Qaradawi comme "l'imam incontesté des musulmans", selon les publications des militants sur Twitter, basees sur des photos rassemblant Al-Nadawi et Al-Qaradawi.


Le groupe national Tawhid est une organisation extrémiste active au Sri Lanka et dissidente d’une organisation du même nom en Inde, dirigée par Abdul Rahman Al-Nadawi, connu sous le nom de Salman al-Nadawi.


Al-Nadawi est lui-même le chef de l'organisation extrémiste en Inde, le père spirituel de ses branches en Asie du Sud; il avait déjà prêté serment au groupe terroriste État islamique et a publiquement incité à assassiner des étrangers et à verser leur sang.


"Si vous êtes en mesure de tuer un Américain ou un Européen, que ce soit un Français, un Australien, un Canadien ou un Hindou, ceux qui ont déclaré la guerre à l'État islamique, fais- le ", a déclaré Al-Nadawi lors d'un séminaire extrémiste.


Deux jours après l'incident sanglant, les autorités sri-lankaises ont annoncé qu'elles avaient reçu des avertissements indiquant que des mouvements suggéraient qu'un groupe terroriste envisageait de lancer une attaque meurtrière avec l'appui d'un réseau terroriste international.


Le groupe Tawhid, au Sri Lanka, a suivi les mesures prises par les Frères musulmans pour se lancer dans le plaidoyer et le travail caritatif afin de soutenir et de financer des pensées extrémistes et des opérations terroristes.


Le groupe se définit comme un partisan des affaires musulmanes au Sri Lanka, où les musulmans représentent moins de 10% de la population. En 2016, le gouvernement sri-lankais a arrêté le secrétaire général du groupe sri-lankais Tawhid pour avoir incité contre les bouddhistes, mais il s'en est excusé.


En 2017, le groupe est revenu à l'extrémisme et a de nouveau répandu la haine. Le gouvernement sri lankais a jugé plusieurs de ses dirigeants accusés de "ridiculiser les statues bouddhistes et de porter atteinte aux sentiments de la société bouddhiste".


Quelques mois avant l'attaque terroriste, le groupe était également accusé d'avoir vandalisé des temples bouddhistes et menacé la population locale.


Dimanche, le Sri Lanka a connu une série d'attentats à la bombe contre trois églises et trois hôtels, coïncidant avec les célébrations de Pâques et faisant 359 morts, le plus meurtrier pendant les dix dernières années depuis les attentats de Bombay en Inde.



Advertisements